Accueil Editorial Le paradisme Etat des lieux Propositions Newsletter Ateliers Contactez-nous Vos dons Adhérer au MPPF
 

Des dysfonctionnements injustifiables
qui retardent le développement et appauvrissent la société

Notre société sans repères et sans finalité nous conduit à des comportements irrationnels
et à une organisation socio-économique défectueuse


U
La révolte frappe à nos portes

Après les révolutions tunisienne, égyptienne, bahreïni, yéménite et libyenne, le constat est limpide : les peuples ne peuvent plus supporter les modes de pouvoir en place actuellement.
Ils ne veulent plus être gouvernés par des êtres corrompus par la soif du pouvoir et de l'argent. La révolte s'est mise en marche. La flambée de colère ne fait que commencer dans les pays où depuis des décennies la main d'acier de la dictature a tenu subtilement ou grossièrement, selon les pays, les peuples sous le joue de la peur.
 
Il faut s'attendre à ce que cette révolte se répande là où la peur est entretenue. Nos pays dits civilisés n'échapperont pas à cette vague laminante. Et c'est un bien, car l'humanité n'est pas là sur cette terre pour souffrir et craindre à chaque instant pour sa vie, pour sa liberté, pour son bien-être  

Des comportements irrationnels

 
Une société dominée par la peur  
C'est parce que notre société est dominée par la peur, la peur de manquer, la peur de l'autre, de l'inconnu, du changement, que ce désespoir est compensé par un processus d'oubli, d'excitation, en particulier sous forme de drogues, d'alcool et de tabac mais aussi, sur le plan psychologique, par le besoin de richesses accumulées, de pouvoir, de gloire et de domination.
   
  Comme le disait Gandhi "Il y a suffisamment de ressources sur cette planète pour répondre aux besoins de tous mais, en revanche, il n'y en a pas assez s'il s'agit de satisfaire le désir de possession de chacun". Cette cupidité excessive devient une drogue, comme celle du pouvoir ou de la gloire. Elle est la manifestation du sous développement affectif et spirituel de notre société qui se traduit par un mal être, le besoin d'avoir se substituant à la qualité d'être.
 
  Comme l'a écrit l'économiste John Mayard Keynes en 1930 "Tout degré excessif de fortune et de revenu qui ne peut trouver sa justification en termes de travail, de mérite ou d'utilité sociale devient source d'incitation à l'amoralisme, à l'incivisme, voire au banditisme dès lors que la recherche du profit monétaire devient le projet dominant de l'activité humaine".
 
  Vers un diagnostic de nos pathologies sociétales  
  Pathologie financière Pathologie économique Pathologie sociale Pathologie écologique
 
     
     
     
     
     
     
     
 
 
  ETAT DES LIEUX
DE NOTRE MONDE
  Crise ou pathologie chronique
  Pathologie financière
Pathologie économique
Pathologie sociale
Pathologie écologique
L'appauvrissement
de la société
Les dysfonctionnements
> La révolte des peuples
Progrès ou autodestruction
Déficiences sociales
La faillite des Etats
Révolutions salvatrices
4 révolutions complémentaires
 
Locations of visitors to this page
 
Mouvement Pour le Paradisme - JPS © 15 déc. 2010